J’fous le camp

Par 7 mai 2020mai 19th, 2020Paroles

Auteur Marikala – Compositeur Frédéric Arnold

Je m’en vais pédaler dans les contrées escarpées
Cheveux attachés, natte sur le côté
Je m’en vais pédalant, le coeur fébrile, hésitant
Qu’importent les tourments, je me fie au vent

J’fous l’camp, il est temps
Ça fait bien trop longtemps que j’attends, que j’attends
J’fous l’camp, il est temps, ça fait bien trop…

Avec mes joies, mes doutes, adieu l’autoroute
J’prends les chemins d’campagne, les cimes et les montagnes
Je fais le plein d’virages, des lacets des pas sages
Les chemins escamotés qui disent viens t’arrêter… 

La vie et ses mauvais côtés,
Les herbes folles de nos contrées,
Celles imaginées dans les contes de fée,
Sont rarement des routes toutes tracées

J’fous l’camp, il est temps
Ça fait bien trop longtemps que j’attends, que j’attends
J’fous l’camp, il est temps, ça fait bien trop…

Car sans chemins cailloutés, sans bosses endurer
Comment respirer un air de vérité ?
Aujourd’hui j’prends la route, j’y crois coûte que coûte
Mon présent, je le vis maintenant
La vie et ses mauvais côtés,
Les herbes folles de nos contrées,
Celles imaginées dans les contes de fée,
Sont rarement des routes toutes tracées

J’fous l’camp, il est temps
Ça fait bien trop longtemps que j’attends, que j’attends
J’fous l’camp, il est temps, ça fait bien trop…
J’fous l’camp, il est temps
Ça fait bien trop longtemps que j’attends, que j’attends
J’fous l’camp, il est temps, ça fait bien trop longtemps